Peter Vizard au Temple de Pentemont

Peter Vizard, 27/04/2011

 

Je connais le Peter Vizard Directeur du Conservatoire du 15ème arrondissement de Paris, établissement dans lequel il mène une action pédagogique et artistique originale et de grande qualité. Il sait motiver ses professeurs qui le suivent dans toutes ses initiatives avec enthousiasme. Il n’est pas un directeur comme on en rencontre de plus en plus aujourd’hui, presque uniquement préoccupés de tâches administratives et de relations avec leur autorité de tutelle. Il faut dire que, ceux-là, la plupart du temps, ne sont bons qu’à cela. Peter Vizard, quant à lui, est avant tout un artiste qui ne néglige pas de mettre la main à la pâte pour que la Musique vive dans les meilleures conditions et au plus haut niveau possibles dans son Etablissement. L’Art n’est jamais aussi bien servi, dans sa gestion, que par les Artistes eux-mêmes, s’ils veulent bien descendre de leur piédestal pour se préoccuper de problèmes très terre à terre.

 

L’autre Peter Vizard est organiste depuis 1987 au Temple de Pentemont rue de Grenelle dans le quartier des Ministères. Et c’est là que je le découvre dans le cadre des Concerts Spirituels Protestants qui ont lieu chaque mardi de 12h30 à 13h20. L’orgue est un Cavaillé-Coll de bonne facture, bien entretenu et accordé.

 

La séance du 26 avril débuta par le choral de Bach « Wir glauben all’ an einen Gott ». D’emblée l’instrument sonne de tous ses feux. Suivent des lectures, par Philippe Bujon, de textes axés sur la non-violence (textes de Sœur Térésa, Martin Luther King, lettres des Apôtres et du Pasteur Claude Bety) entrecoupées par les interventions de l’orgue qui sont des improvisations de Peter Vizard à partir d’extraits, de formules, de bribes de thème, de sujet et contresujet pris dans le Choral de Bach initial.

 

La première intervention improvisée, très recueillie, sur les fonds, montre le goût prononcé de Peter Vizard pour les successions de tierces à la main gauche, procédé que l’on retrouve tout au long de ses interventions. Une allusion à la gamme par ton donne un éclairage particulier à cette séquence.

 

Suivent des interventions toujours variées dans la conception, dans le tempo, dans la registration. J’ai relevé celle basée sur  une succession de quartes, rappelant le contresujet de la basse du choral en forme d’ascension vers Dieu. Une autre alternant des accords rapprochés de tonalités éloignées, qui pourrait évoquer le rapprochement et la fraternisation de peuples aux cultures très éloignées ; une autre toute simple sur une grille harmonique traditionnelle, et…

 

Le tout montre un solide métier dans la conduite du langage et une expérience d’improvisateur rompu aux différentes manières de traiter un sujet en y apportant la variété et la diversité qui font que l’auditeur n’éprouve aucun sentiment d’ennui.

 

Il me reste à découvrir le Peter Vizard chef de chœur et chef d’orchestre, et je brûle d’impatience et d’espoir qu’une telle occasion se présente pour m’en donner la possibilité.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×