Je ne suis pas toujours (je dirais même peu souvent) convaincu par les interprétations des instrumentistes à cordes, qu’ils jouent en solistes ou en groupes, car, empêtrés qu’ils sont dans leurs problèmes d’archet (plus que de doigtés), ils ne se préoccupent que de les résoudre de la façon la plus confortable, sans bien tenir compte de ce qui prime dans une interprétation, à savoir la qualité du phrasé et l’intelligence du texte. Les qualités que cela requiert, pour obtenir un bon phrasé, si elles ne sont pas naturelles, résultent d’une bonne connaissance du style de l’œuvre interprétée, connaissance généralement favorisée par les études d’écriture (harmonie, contrepoint, fugue, composition). Cela n’a rien à voir avec la technique instrumentale, fut-elle transcendante.

C’est pourquoi j’ai été très agréablement surpris et conquis, à l’occasion du concert intitulé « A cor et à cordes » donné le 3 octobre au Théâtre 13 (très belle acoustique) par six musiciens de l’Orchestre de Chambre de Paris (quatuor à cordes et 2 cors) dans un programme germanique Mozart, Haydn, Beethoven. Ce fut un bel exemple de technique instrumentale irréprochable mise véritablement au service de la Musique.

Un seul regret qui ne met pas en cause la qualité des artistes car il concerne les conditions de diffusion de la Musique en notre Pays : les œuvres françaises et les créations sont peu présentes dans le répertoire de l’Orchestre, car le public a tendance à les bouder. Le Français contemporain a un goût prononcé pour l’exotisme : pour lui tout ce qui vient d’ailleurs est mieux que ce qui existe sur place. « L’herbe est plus verte dans le champ du voisin », voilà le dicton le plus répandu en France. A partir de là le portrait-robot de l’autochtone fait qu’il écoute de préférence le répertoire germanique, qu’il s’habille à la mode américaine et qu’il consomme du couscous et des hamburger.

Il n’est donc pas étonnant que certains résistent.

Musiciens participant : Florian Maviel et Claire Parruite violons, Sabine Bouthinon alto, Benoit Grenet violoncelle, Nicolas Ramez et Gilles Bertocchi cors.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site