Fondation Singer-Polignac

Rencontre Musicale : César Franck et son école

Benoît Duteurtre, Jean-Christophe Lanièce, Amaury Coeytaux, Anthony Kondo, Guillaume Vincent.

 

Excellent concert, sous le titre de « César Franck et son école, rencontre musicale », le 24 novembre 2016 au siège somptueux de la Fondation Singer-Polignac, manifestation dont le programme a été conçu et présenté par le musicologue Benoit Duteurtre qui fait tant pour la diffusion de la Musique française de toutes les époques. Salle comble pour entendre des œuvres de César Franck et de ses « élèves-disciples » Duparc, Chausson et d’Indy interprétées en alternance ou conjointement par quatre résidents de la Fondation, et entrecoupées par la diffusion d’archives sonores.

Très judicieuse présentation du programme par son concepteur à la parole convaincante, à l’imagination fertile et à la documentation précise.

Les quatre interprètes rivalisent de virtuosité : le violoniste Amaury Coeytaux, très à l’aise dans les deux extraits de la sonate de Franck, déploie une palette de nuances très large, presque exagérée, avec des passages très fougueux, voire brutaux, exacerbant le côté romantique de l’œuvre, contrastant avec des passages à la limite de l’audible au point d’être couverts par de piano. Je ne pense pas que la musique de Franck demande de tels contrastes qui sont plus à leur place dans la musique d’aujourd’hui. Toujours est-il que le résultat retient l’attention et l’approbation du public.

Le baryton Jean-Christophe Lanièce possède le timbre tout à fait caractéristique du « baryton français » pour qui les œuvres choisies ont été écrites : la « Chanson triste » et « L’invitation au voyage » de Duparc ainsi que « Le temps des Lilas » de Chausson, trois joyaux du répertoire qui ne peuvent être restitués dans leur expression initiale que par le gosier si particulier du chanteur français. Sans vouloir être chauvin, l’interprétation de ces œuvres par des chanteurs germaniques ou italiens a toujours déclenché chez moi le fou-rire, quelle que soit la qualité ou la notoriété de l’interprète concerné. Jean-Christophe Lanièce a donc bien rendu toute l’émotion intérieure qui se dégage de ces trois mélodies, par la qualité de sa voix, de son timbre et de sa diction.

Le violoncelliste Anthony Kondo a particulièrement brillé dans deux pièces de Vierne : « Venise » et «  Grenades » (extraites de « Soirs étrangers ») qui ne sont pas les productions  les plus significatives  du compositeur dont les œuvres d’orgue figurent aux programmes de presque tous les concerts d’orgue à travers le monde.

Le pianiste (virtuose) Guillaume Vincent a eu la lourde tâche de tenir le rôle d’accompagnateur de ses trois collègues. Il est certain qu’à ce niveau l’accompagnateur doit être un virtuose de son instrument au même titre qu’un soliste-concertiste, avec en plus la responsabilité de mettre en valeur ses partenaires par une judicieuse alchimie de nuances et de phrasés. C’est sur lui que repose l’équilibre général des sonorités et c’est à lui de s’adapter à toutes les situations et à toutes les intentions, voire aux caprices, de ses collègues. Dans ce rôle si difficile Guillaume Vincent n’est pas encore tout à fait à l’aise. Son tempérament profondément musicien et concertiste solitaire prend parfois le dessus. Il se laisse emporter au point de monopoliser toute l’attention. Peut-être lui manque-t-il un peu d’humilité ?

Les œuvres interprétées en direct furent entrecoupées  d’extraits d’archives sonores permettant d’illustrer le thème du concert avec des œuvres nécessitant un grand effectif instrumental. Le choix s’est porté sur des enregistrements d’époque de grands artistes : Menuhin, Enesco, Ormandy, Rubinstein. C’est là que l’on se rend compte des considérables progrès de la technique d’enregistrement, et aussi de l’évolution importante des interprétations de ce répertoire. On n’imagine pas un violoniste aujourd’hui s’adonner à tous les glissandi comme le faisait Menuhin et tous ses contemporains.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site