Béatrice Berne, Dominique Vidal, Olivier Besnard.

Clermont Ferrand 11.11.16

 

Béatrice Berne, Dominique Vidal, Olivier Besnard.

 

La clarinette est assurément l’instrument le plus expressif en même temps que le plus volubile de la famille des vents ; l’ « Ecole Française  de la clarinette », qui a su exploiter au maximum ces deux qualités, brille internationalement de par sa tradition dans le domaine de la virtuosité et de l’expressivité, soutenue par l’inventivité des fabriquants d’instruments qui ont su faire évoluer, avec les conseils des grands interprètes, leur facture tout en préservant la spécificité et la personnalité d’origine de l’instrument.

Le concert donné de 11 novembre 2016 en l’auditorium du conservatoire de Clermont- Ferrand, en hommage à Béatrice Berne à l’occasion de ses 20 années d’enseignement de la clarinette dans cette structure (belle fidélité), en a été une parfaite illustration. Participait à ce concert-hommage, son confrère auvergnat Dominique Vidal qui mène une carrière internationale de clarinettiste virtuose, tous deux accompagnés, en solo ou en duo, par l’excellent pianiste Olivier Besnard.

Beatrice berne et dominique vidal concert 12 11 2016Le répertoire de la clarinette, s’il n’est pas aussi vaste que celui du violon ou du piano, est constitué de quelques perles et chefs d’œuvres incontournables, notamment la sonate de Brahms qui figurait au programme avec des œuvres de compositeurs moins marquants, Spohr et Krommer, ainsi que Weber (Duo concertant). Tous ces compositeurs on su bien mettre en valeur toutes les qualités de l’instrument par leur écriture romantique très virtuose et très expressive.

Il n’est donc pas donné au premier clarinettiste venu de bien rendre l’esprit et la lettre de ce répertoire qui demande, pour être bien restitué, une très grande technicité et agilité et une très grande sensibilité. Les deux clarinettistes ont rivalisé d’intelligence musicale et de savoir-faire dans leur interprétation, chacun avec sa personnalité propre, car ils maîtrisent leur instrument à la perfection. Ils furent aidés en cela par le pianiste Olivier Besnard avec qui ils ont pu et su former un duo et un trio en véritable osmose pour en arriver à ne dégager de l’ensemble qu’une seule pensée dans un objectif unique : la perfection. Le public nombreux ne s’y est pas trompé en leur réservant à tous trois un accueil très chaleureux et enthousiaste.

Il faut signaler par ailleurs que l’une des grandes qualités des deux clarinettistes réside dans leur ouverture d’esprit qui se révèle dans les relations qu’ils entretiennent avec les compositeurs contemporains à qui ils commandent des œuvres qu’ils diffusent en concerts et en enregistrements ; c’est grâce à eux, et ils sont peu nombreux parmi les interprètes de tous instruments à le faire, que la musique évolue. Le concert s’est donc terminé par l’interprétation du trio « Et Pourtant » de Jean-Louis Petit, magnifiquement rendu.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×